Skip to main content

Vous passerez les Fêtes chez vous? Voici 12 films parfaits pour souligner cette période!

décembre 22, 2021

Articles

Par Bill Brioux

Chaque fois que nous regardons La vie est belle, Noël blanc, Le Miracle de la 34e rue, Scrooge et Honni soit qui mal y pense, un renne obtient une carotte.

Oui, ce sont tous des classiques qui, après plus de 70 ans, continuent de divertir un public de tous âges. Cependant, il y a des centaines d’autres films festifs qui s’offrent à vous en décembre, et bon nombre d’entre eux sont offerts sur la Télé Élan de Rogers, notamment des classiques intemporels disponibles sur demande ou sur Disney+, Netflix et bien d’autres services. Dites simplementet préparez-vous à vivre une aventure inoubliable au cœur d’une féérie hivernale.

Ne vous en faites pas si vous avez besoin d’un coup de pouce! Voici quelques-uns des titres que j’aime visionner pendant les Fêtes avec une tasse fumante de chocolat chaud!

« Babes in Toyland » ([Le Pays des jouets] 1961 – Disney+). Ce bijou des archives cinématographiques saura sans doute provoquer les puristes du cinéma. Certes, la version originale de 1934 avec le duo Laurel et Hardy, parfois intitulée « March of the Wooden Soldiers » (La Parade des soldats de bois), met en scène nul autre que… Laurel et Hardy. Mais elle risque d’effrayer un peu les enfants d’âge préscolaire, surtout lorsque les créatures monstrueuses se mettront à envahir l’écran. Cette nouvelle version en couleur, quant à elle, commence tranquillement, et les enfants de nos jours n’auront aucune idée qui est Annette. Il reste que les superbes jouets des années 1960, conçus par les animateurs de Disney Ward Kimball et Bill Justice, raviront même aujourd’hui les enfants de tous les âges.

« Christmas Movie Magic » ([Sur la piste de Noël] 2021 – Super Channel Heart & Home). Ce film adorable, tourné dans la région d’Hamilton en Ontario, présente une petite ville qui attire encore des touristes grâce à son charme hollywoodien dont elle jouit depuis les années 1950. C’est à cette époque justement qu’une vedette de cinéma est venue tourner un classique très apprécié. Holly Deveaux joue le rôle d’une journaliste locale tentant de retracer une histoire d’amour secrète qui s’est déroulée dans un cinéma du quartier.

« Four Christmases » ([Quatre Noël] 2008 – Hollywood Suite, Super Channel, Starz, Prime Video, Crave). Beaucoup de critiques ont détesté cette production dès sa sortie. L’intrigue tourne autour d’un couple non marié (interprété par Reese Witherspoon et Vince Vaughn) qui prévoit laisser tomber les festivités familiales pour s’envoler plutôt vers les îles Fidji. Comme leurs familles apprennent qu’ils sont coincés à l’aéroport, les amoureux sont obligés de rendre visite à leurs parents divorcés. On s’amuse à découvrir l’identité des parents – Robert Duval, Sissy Spacek, Mary Steenburgen et Jon Voight – et les bagarres entre Vaughn et son frère idiot (Jon Favreau) sont aussi ridicules que les événements dans Borat.

« About a Boy » ([Comme un garçon] 2002 – sur demande, Starz, Netflix). Le meilleur film avec Hugh Grant a maintenant presque 20 ans. Grant joue le rôle d’un célibataire égoïste et à la dérive, héritier des droits d’auteur perpétuels laissés par son père auteur-compositeur, qui a écrit l’air des Fêtes incontournable « Santa’s Super Sleigh ». Le reste de la distribution est tout aussi fantastique (Toni Colette, Rachel Weiss), mais celui qui a véritablement volé la vedette est un garçon de 10 ans (interprété par Nicolas Hoult) qui enseigne au personnage de Grant comment devenir enfin un homme. Attention : le thème musical accrocheur du film, par Badly Drawn Boy, est un ver d’oreille qui vous accompagnera pendant les jours à venir.

« The Nine Kittens of Christmas » ([Les neuf chatons de Noël] 2021 – W Network). Natif de Calgary, le réalisateur David Winning a tourné son 20e long métrage pour Hallmark à Vancouver et dans ses environs. Il met en vedette Kimberley Sustad, Brandon Routh et une boîte remplie de petits chatons qui ont besoin d’un toit. Il s’agit en quelque sorte d’une suite à une comédie romantique de Noël de 2014 avec la même distribution et Gregory Harrison (oui, le même que dans Trapper John, MD [Centre médical]).

« The Muppet Christmas Carol » ([Noël chez les Muppets] 1992 – Disney+). Près de 30 ans se sont écoulés depuis, mais ce film a tout de même résisté à l’épreuve du temps. Michael Caine interprète Scrooge avec justesse, partageant le plateau avec les personnages des Muppets, y compris Kermit (Bob Cratchit) et Miss Piggy (Emily Cratchit). Le marionnettiste Frank Oz fait partie de l’équipe de production, aux côtés de Brian Henson en réalisation (fils du fondateur des Muppets, Jim). Les enfants l’adoreront.

« Remember the Night » ([L’aventure d’une nuit] 1940 – TCM). Barbara Stanwyck brille également dans une production bien plus célèbre intitulée « Noël au Connecticut » (1945). Regardez-la, mais vous ne regretterez pas non plus ce chef-d’œuvre moins récent qui la met en vedette en compagnie d’un Fred MacMurray toujours aussi sous-estimé. Ce dernier interprète un procureur qui est censé emprisonner Stanwyck, une petite malfaitrice. Toutefois, puisque l’événement a lieu juste avant Noël, le sujet dévie de façon improbable pour créer un résultat qui est à la fois déchirant et incroyablement mignon. Beulah Bondi et Sterling Holloway font partie de sa famille parfaitement cinglée.

« Holiday Affair » ([Un mariage compliqué] 1949 – TCM). Robert Mitchum a pris une pause de ses rôles de dur à cuire habituels pour accompagner l’incroyablement talentueuse Janet Leigh dans cette comédie romantique dont la trame se déroule pendant la période des Fêtes. Ils interprètent Steve et Connie qui se rencontrent de façon adorable en raison d’un malentendu au sujet d’un train jouet. Connie est veuve de guerre et fiancée à un type assez froid nommé Carl, jusqu’au moment où Steve commence à jouer au père Noël avec son fils Timmy (interprété par Gordon Gebert, qui vole la vedette). Très charmant.

« One Magic Christmas » ([Un Noël prodigieux] 1985 – Disney+). Filmé à Meaford et à Owen Sound, en Ontario, ce doux et petit joyau suit les péripéties du père Noël, qui demande à un ange nommé Gideon (joué par le récemment décédé Harry Dean Stanton) de restaurer l’esprit de Noël de Ginnie (Mary Steenburgen). Elle, son mari au chômage et leurs deux enfants ont eu une année éprouvante et celle-ci est sur le point de prendre une tournure encore plus sombre. Ce film comporte une visite au Pôle Nord, un passage éclair du merveilleux Arthur Hill et finalement une fin heureuse. C’est un film difficile à regarder en cette période incertaine, mais il en vaut la peine pour les touches magiques du réalisateur Phillip Borsos, un Canadien prometteur décédé en 1995 à l’âge de 41 ans.

« Happiest Season » ([Notre plus belle saison] 2020 – Amazon Prime Video). Voici un film des Fêtes qui se veut réconfortant. Une femme amène sa petite amie chez ses parents très conservateurs à Noël. Le hic, c’est qu’elle ne leur a pas encore parlé de son orientation sexuelle. Le film met en vedette Kristen Stewart, Mackenzie Davis et, Dan Levy de Bienvenue à Schitt’s Creek, qui joue son rôle avec brio. Victor Garber et Mary Steenburgen incarnent les rôles de parents.

Enfin, voici une série qui vous incitera à revoir deux autres films :

« The Movies That Made Us » ([Les grands films] – Netflix). L’épisode 8 raconte l’incroyable histoire derrière « Le lutin » (2003 – Disney+), la comédie avec Will Ferrell qui semble s’améliorer lors de chaque écoute. Saviez-vous que les costumes et la conception générale du film étaient fondés sur le film d’animation classique de 1964 de Rankin-Bass, intitulé Rudolph, le petit renne au nez rouge? Ou que le premier comédien choisi pour le rôle qu’a joué James Caan dans ce film était Gary Shandling? Ce ne sont que deux des nombreux autres faits intéressants trouvés dans cette amusante série documentaire, qui examine également la réalisation d’un autre classique des Fêtes, la comédie musicale d’animation de Tim Burton The Nightmare Before Christmas ([L’Étrange Noël de monsieur Jack] 1993 – Disney+).

Abonnez-vous à Disney+ par l’entremise de Rogers et obtenez jusqu’à 12 mois à nos frais (11,99 $/mois par la suite) avec certains forfaits Infini de RogersMC et certaines offres groupées Télé ÉlanMC et Diffusion futéeMC! Vous n’avez qu’à vous abonner à un service de Rogers admissible et à ouvrir une session MonRogers pour commencer!