Skip to main content

Semaine nationale de l’accessibilité : De petits changements qui ont de grandes répercussions – l’histoire de Jeevan

juin 4, 2021

Articles

À l’occasion de la Semaine nationale de l’accessibilité, nous avons discuté avec Jeevan Bains, chef, Accessibilité, sur la manière dont l’accessibilité crée un environnement inclusif pour tous et sur sa façon à elle de surmonter les obstacles à cet égard.

Voici son histoire :

Je suis responsable de l’accessibilité chez Rogers. Il s’agit d’un nouveau poste et je suis la première à l’occuper. Ce rôle a vu le jour dans le cadre de l’engagement de Rogers envers l’inclusion et la diversité. À ce titre, mon travail consiste à soutenir notre démarche d’inclusion et de diversité en mettant en place des pratiques accessibles dans l’ensemble de l’entreprise. J’ai vécu avec une basse vision jusqu’à l’âge de 11 ans, et depuis, je suis une personne aveugle. Je suis très reconnaissante de cette déficience visuelle, qui a modifié ma perspective et m’a menée à ma passion pour l’amélioration de l’accessibilité.

Dans ma jeunesse, j’ai fréquenté l’école primaire en Angleterre et, lorsque j’ai perdu la vue, je ne voulais pas me servir d’une canne blanche de peur de me faire remarquer comme quelqu’un de différent. On se moquait de moi à l’école à cause de mon handicap, ce qui me donnait le sentiment d’être isolée et seule. Aujourd’hui encore, lorsque des obstacles nuisent à mon accessibilité, je me sens dévalorisée, stressée et exclue. Cependant, il m’a été très utile d’exprimer les répercussions que ces obstacles ont sur moi, et de réfléchir avec mes collègues aux façons de gérer la situation.

Je suis reconnaissante envers les membres du Réseau accessibilité&équité de Rogers, lequel est un groupe de soutien pour les employés qui permet aux membres de l’équipe qui vivent avec des handicaps invisibles ou visibles de poursuivre leur croissance professionnelle et personnelle. Les membres du Réseau accessibilité&équité de Rogers comprennent tant des personnes avec des expériences vécues que des personnes alliées; tous ces gens m’ont aidé à me sentir soutenue. Aujourd’hui, j’accepte mon caractère unique, et je réalise que nous vivons tous des situations où nous nous sentons exclus ou moins à l’aise de nous intégrer, probablement en raison des préjugés inconscients des autres.

Ce n’est pas ma déficience qui est le véritable problème, mais plutôt les défis auxquels je dois faire face en raison de l’écart entre mes besoins en tant qu’utilisatrice, et la conception d’un produit, d’un service ou d’un environnement. Par exemple, je me sers de Siri sur mon iPhone pour dicter des textos ou des messages sur Microsoft Teams parce que c’est plus rapide que de taper le texte. J’utilise aussi un lecteur d’écran, une forme de technologie d’assistance qui permet d’entendre le contenu de l’écran et qui m’aide à naviguer dans un ordinateur. Si un document, un site web ou un logiciel est conçu en respectant les lignes directrices en matière d’accessibilité, il fonctionnera bien avec la technologie d’assistance à laquelle j’ai recours, ce qui me permettra d’être indépendante. Les lecteurs d’écran sont maintenant intégrés dans les produits grand public comme iPhone (VoiceOver), les GPS et Google Home, car les entreprises ont compris que ces fonctions d’accessibilité pouvaient profiter à tous.

Améliorer l’accessibilité, c’est tenir compte des différences entre les personnes sur le plan de la vision, de l’ouïe, de la parole, de la mobilité et de la diversité neurologique. Cela permet de créer un environnement accueillant qui diversifiera notre main-d’œuvre et élargira notre marché.  N’oublions personne.