Skip to main content

Réflexion sur les 215 enfants autochtones qui ne sont jamais rentrés chez eux

juin 1, 2021

Articles

Rédigé par : Nicole McCormick, présidente autochtone du Réseau des Autochtones de Rogers 

C’est aujourd’hui le début du Mois national de l’histoire autochtone, qui vise à célébrer et à souligner l’histoire, l’héritage et la diversité des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Canada. C’est une occasion d’en apprendre davantage sur la riche histoire des peuples autochtones qui ont façonné notre province et notre pays. Mais tout récemment, la découverte tragique des dépouilles de 215 enfants qui ont été enterrés près d’un ancien pensionnat nous rappelle que l’histoire relève parfois d’un passé pas si lointain et peut nous toucher de très près.

Nicole McCormick, présidente autochtone du Réseau des Autochtones de Rogers, nous fait part de son point de vue sur cette perte déchirante qui brise le cœur :

Je m’appelle Nicole McCormick. Je suis une fière Kanyen’kehà:ka du Territoire des Six Nations de la rivière Grand.

Les derniers jours ont été remplis d’émotions pour mes collègues autochtones, pour moi et pour chacune de nos communautés de Turtle Island alors que nous pleurons la perte de 215 enfants autochtones enterrés au pensionnat de Kamloops. Nous pleurons avec 430 parents, 860 grands‑parents et un nombre incalculable de tantes, d’oncles, de proches et d’amis de nos enfants volés. En tant qu’Autochtones, nous sommes attristés, mais pas surpris par cette découverte. Nous connaissons la vérité sur le système des pensionnats. De nombreux employés autochtones chez Rogers ont ressenti les répercussions des traumatismes que ces écoles ont fait subir à nos membres. Nous le ressentons encore à ce jour. Ce sentiment fait partie de nous. Nous savons que cet épisode noir doit être mis au jour pour que vous puissiez découvrir ce que nous savons déjà. Nous avons besoin que vous ressentiez ce que nous ressentons afin que vous puissiez en apprendre plus et lutter avec nous contre le système colonialiste qui nous a traités comme des êtres inférieurs. Vous êtes nombreux à avoir communiqué avec nous pour nous faire part de vos sentiments. Merci de votre bienveillance, de votre soutien et de votre solidarité.

Les survivants des pensionnats indiens et leur famille qui ont besoin de soutien supplémentaire en ce moment peuvent appeler, 24 heures sur 24, la ligne d’urgence au 1‑866‑925‑4419.

Par solidarité, nous poursuivons ce parcours. Nous mettons nos drapeaux en berne dans nos bureaux à la mémoire de ces enfants. Nous portons la couleur orange pour rendre hommage aux 215 enfants autochtones qui nous ont été enlevés trop tôt au pensionnat de Kamloops. Quand vous portez votre vêtement orange, nous vous demandons de vous souvenir de ce qu’il représente. Il représente les enfants qui ont survécu à des atrocités inimaginables et ceux qui n’ont pas pu rentrer à la maison. Continuez de découvrir la vérité. Il n’est pas possible d’amorcer la réconciliation avant de connaître la VÉRITÉ. Ce n’est que le début.