Nouvelles et idées
Tous les articles

Mois national de l’histoire autochtone - Créer un milieu de travail inclusif pour les peuples autochtones et les membres de notre équipe

Plaque de reconnaissance des territoires dans le studio de Sportsnet

Plaque de reconnaissance des territoires dans le studio de Sportsnet

Chez Rogers, nous cheminons ensemble vers la réconciliation, et nous continuons de créer un environnement de travail inclusif pour les peuples autochtones et pour toutes les personnes qui font partie de notre équipe. Le projet de plaques de reconnaissance des territoires est l’un des moyens que nous mettons de l’avant pour sensibiliser les gens au quotidien à la présence des Autochtones et à leurs terres ancestrales.

L’objectif de ce projet est la conception et l’installation de plaques de reconnaissance des territoires dans le plus grand nombre possible de bureaux et de magasins de Rogers. À ce jour, l’équipe de cinq personnes, dirigée par Nicole McCormick, directrice principale, Collecte de nouvelles, CityNews, Toronto, et présidente autochtone de notre Réseau des peuples autochtones, a installé 30 plaques dans divers sites partout au pays, y compris au Rogers Centre de Toronto, au studio City OMNI de Vancouver, au bureau de Kitchener en Ontario et, tout récemment, au studio Sportsnet de Toronto. Certaines de ces plaques sont accompagnées d’une magnifique œuvre d’art créée par des artistes autochtones de talent.

L’équipe a prévu installer de 20 à 30 autres plaques de reconnaissance des territoires dans nos bureaux cette année et commencera bientôt l’installation de plaques dans nos magasins partout au pays.

Nous avons eu l’occasion d’entendre ce que l’équipe avait à dire sur l’importance de cette initiative et de ce que ce projet représente pour elle.

Qu’est-ce qui t’a poussé à réaliser ce projet?

Nicole McCormick,  directrice principale, Collecte de nouvelles, CityNews, Toronto, et présidente autochtone de notre Réseau des peuples autochtones:

« La reconnaissance des territoires est une forme de respect et d’ouverture envers les peuples autochtones qui ont chéri et nourri les terres pendant de nombreuses générations. Elle reconnaît la relation continue avec les terres ancestrales. Une reconnaissance authentique des territoires peut aussi faire connaître des histoires qui ont autrefois été réprimées ou effacées. J’ai toujours eu pour objectif d’éclairer mes collègues sur notre lien avec ces terres. Les initiatives de reconnaissance des territoires, que ce soit par des moyens auditifs ou visuels, sont une étape concrète vers la réconciliation. Elles sont notre réconcil-ACTION. L’idée pour ce projet a vu le jour en 2019 lorsqu’une petite mais puissante équipe et moi-même avons érigé notre première colonne de reconnaissance des territoires dans l’espace de réconciliation Downie-Wenjack de Rogers, qui se trouve au siège social de Rogers. Cette initiative a été suivie par notre première plaque de reconnaissance du territoire au magasin Rogers 302, le magasin phare de Rogers au centre-ville de Toronto. Ces façons de reconnaître des territoires ont interpellé nos collègues et notre clientèle. L’équipe a proposé un projet dans le cadre duquel des plaques de reconnaissance des territoires seront installées dans tous les bureaux et magasins de Rogers.  Je suis très fière de dire que nous avons eu du soutien pour ce projet dès le début. La reconnaissance des territoires fait maintenant partie intégrante de la culture de Rogers. »

En tant que personne qui s’identifie comme Autochtone, pourquoi crois-tu qu’il est important d’avoir une plaque de reconnaissance des territoires dans les bureaux et magasins de Rogers?

Pamela Anderson, chef de la logistique régionale, Rogers Sports & Média:

« La reconnaissance des territoires écrite sur une plaque rend honneur aux peuples autochtones et à la manière dont ils prennent soin des terres depuis des lunes. La reconnaissance des territoires symbolise une façon dont Rogers s’engage dans le processus de vérité et de réconciliation. En tant que Métisse, je suis fière de participer à cette initiative de sensibilisation au sein de notre organisation et dans nos magasins pour que le public puisse les voir. Lorsque d’autres personnes verront ces plaques, j’espère que leur cœur s’ouvrira à la possibilité d’en apprendre plus sur les peuples autochtones de leur communauté. »

Nicole McCormick, directrice principale, Collecte de nouvelles, CityNews, Toronto, et présidente autochtone de notre Réseau des peuples autochtones:

« En tant que fière Kanienʼkehá꞉ka (femme mohawk), il est important que je puisse venir travailler en étant moi-même et que mon caractère unique et mon histoire sur Turtle Island soient respectés et compris. L’installation de plaques de reconnaissance des territoires est importante; c’est mon legs ici chez Rogers. Elles me rendent fière lorsque je regarde autour de moi; je sais que ma présence est appréciée. Les plaques donnent aussi un sentiment de fierté à mes collègues non autochtones. Les personnes de l’équipe viennent me voir pour me dire ce qu’elles apprennent. Elles prennent l’initiative de reconnaître les territoires lors d’une réunion ou d’un forum et ont aussi demandé à ce que des plaques soient installées sur leur lieu de travail. Cela m’indique que les gens éprouvent le désir de connaître. Ils veulent honorer ceux et celles qui ont pris soin de cette terre en premier. Ils veulent contribuer pour que les peuples autochtones soient vus et entendus et que l’histoire de ce pays ne se répète jamais. »

En tant que personne qui ne s’identifie pas comme Autochtone, pourquoi as-tu décidé de t’impliquer et pourquoi crois-tu qu’il est important d’avoir une plaque de reconnaissance des territoires dans les bureaux et magasins de Rogers?

Allegra Lindala, gestionnaire des partenaires d’affaires des Services immobiliers d’entreprise, Planification du portefeuille et clientèle:

« J’ai été très inspirée par le travail de la communauté d’inclusion et de diversité chez Rogers et lorsque l’occasion s’est présentée de mettre à profit mes connaissances et mon expérience en services immobiliers d’entreprise, j’ai sauté sur l’occasion de me joindre à l’équipe qui s’occupe des installations qui représentent notre engagement pour honorer l’histoire autochtone pour que tous nos collègues et toute notre clientèle puissent les voir, les lire et les apprécier. »

Maryka Box, gestionnaire de compte, Services de création:

« Mon engagement a commencé avec l’espace de réconciliation Downie-Wenjack, qui se trouve dans nos bureaux au 1 Mount Pleasant Road, à Toronto. Une fois l’espace construit, je me suis sentie très fière d’avoir participé à quelque chose qui dépassait grandement ce que j’aurais pu imaginer. Je me suis aussi sentie très protectrice de cet espace. J’ai ensuite rejoint le Réseau des peuples autochtones, qui me permet d’en apprendre plus sur la façon dont je peux devenir une meilleure alliée, une meilleure membre de la communauté avec mes collègues autochtones. Je continue à m’allier aux peuples autochtones pour grandir et pour savoir comment je peux guider notre communauté et notre pays vers la réconciliation. »

Miyako Panalaks, chef principale, Projet sur les lieux de travail, Planification du portefeuille et clientèle:

« J’ai décidé de m’impliquer dans le projet de reconnaissance des territoires après avoir participé à la conception et au lancement du premier espace de réconciliation de Rogers, l’espace Downie-Wenjack. Après avoir participé à un projet aussi extraordinaire, j’ai voulu continuer à prendre part au parcours de réconciliation de Rogers. Les initiatives de reconnaissance des territoires sont très importantes, car elles sont non seulement un signe de respect et un outil éducatif, mais aussi un moyen de faire en sorte que chaque personne autochtone, qu’il s’agisse de nos collègues ou de notre clientèle, se sente la bienvenue et incluse. »