Skip to main content

Mois de l’histoire des Noirs – Comment Chinelo Uchegbu encourage la prochaine génération à célébrer et à s’approprier ses expériences vécues uniques

février 17, 2022

Articles

En ce Mois de l’histoire des Noirs, nous mettons en lumière les expériences vécues par des Canadiennes et Canadiens noirs – tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise – qui encouragent les jeunes de la communauté noire à libérer leur plein potentiel.

Aujourd’hui, Chinelo Uchegbu, coordonnatrice des ventes sur le terrain, nous raconte comment son attachement profond aux valeurs inculquées par ses parents l’a motivée à élever ses trois enfants pour qu’ils célèbrent leurs identités et perspectives uniques.

Le Mois de l’histoire des Noirs est une belle occasion pour la communauté noire de s’exprimer et de mettre en lumière ses expériences. Pourquoi crois-tu que cette période est particulièrement importante pour les jeunes et pour élargir l’éventail des possibilités futures pour les personnes noires?

Je suis mère de trois enfants nés dans différentes régions du Moyen-Orient, d’Asie et d’Europe, et le Mois de l’histoire des Noirs leur rappelle chaque année que les valeurs du mouvement Black is Beautiful sont importantes partout. J’ai vécu dans cinq pays avec eux, et c’est valorisant pour eux de voir que des personnes noires influentes ont écrit des pages cruciales de l’histoire et que d’autres continuent de changer le monde.

Il est essentiel que les jeunes de notre communauté sachent que leur situation actuelle ne constitue pas un obstacle, et qu’ils et elles peuvent surmonter les défis.

Il est essentiel que les jeunes de notre communauté sachent que leur situation actuelle ne constitue pas un obstacle, et qu’ils et elles peuvent surmonter les défis. En grandissant, j’ai surtout été inspirée par mes parents en raison de leur vision optimiste de la vie. Mon père a toujours dit que si on croit en soi et qu’on travaille suffisamment fort pour obtenir ce qu’on veut, il n’y a pas de limites à nos aspirations.

Ma mère dit toujours qu’il n’est jamais trop tard pour poursuivre ses rêves et que notre avenir ne dépend pas des circonstances d’hier. Ça m’encourage chaque jour à continuer de croître et à ne pas m’attarder au passé. Le fait que mes parents sont mes plus grands admirateurs m’a toujours permis de surpasser mes limites et de rester concentrée.

Au travail comme ailleurs, il est précieux de tisser des liens avec des personnes ayant des expériences comparables aux nôtres, car on peut tirer des leçons de leurs histoires et de leurs erreurs.

Serena Williams a dit un jour : « J’ai de la chance : peu importe la peur que j’ai en moi, mon désir de gagner est toujours plus fort. » Ça me permet de poursuivre mon chemin les jours où la peur pèse lourd et que je sens qu’elle m’empêche d’atteindre mes objectifs.

Au-delà du Mois de l’histoire des Noirs, comment penses-tu que nous pouvons continuer à nous éduquer et à célébrer l’histoire des Noirs?

Pour continuer à nous éduquer et à célébrer l’histoire des Noirs au-delà de février, il faut créer des occasions et promouvoir les réalisations des personnes noires dans toutes les organisations.

Avoir des discussions saines offre cette possibilité, car c’est lorsque la communauté noire et les personnes alliées se permettent d’être vulnérables et de parler de leurs expériences vécues qu’on peut commencer à avoir des conversations franches qui peuvent se traduire en occasions uniques de corriger les choses et d’adopter une approche globale.

Les événements de la dernière année ont déclenché un dialogue mondial sur les injustices raciales que continue de subir la communauté noire. Quelle incidence ces conversations ont-elles eue sur toi et quelles paroles inspirantes adresserais-tu à la prochaine génération de Canadiennes et Canadiens noirs?

Utilisez le passé comme point de départ et comme un reflet de ce que vous pouvez réaliser.

Voici un conseil de Denzel Washington, que j’applique dans ma vie, sur ce que signifie réellement l’atteinte d’un objectif. Il dit : « Ultimement, ce n’est pas ce que vous avez, ni même ce que vous avez accompli, qui compte. C’est de savoir ce que vous avez fait de ces réalisations. C’est de savoir qui vous avez aidé à se relever, à s’améliorer. C’est d’être conscient de ce que vous avez redonné. »

Il n’est jamais trop tôt pour faire du mentorat ou se faire entendre. C’est le conseil que je donne à ma communauté noire.