Skip to main content

La protection des renseignements personnels a-t-elle vraiment évolué?

janvier 25, 2018

Articles

Deborah Evans, chef associée de la direction de la protection des renseignements personnels, Rogers

À l’approche de la Journée de la protection des données internationale, le 28 janvier, je tenais à vous faire part de mes réflexions sur l’évolution de la situation depuis que j’ai commencé à travailler dans ce domaine, il y a plus de quinze ans. Les modifications apportées à la législation, suivies de près par l’évolution du comportement du consommateur et ensuite par les entreprises qui se sont adaptées résument bien la situation.

Les lois, à la base des exigences en matière de protection des renseignements personnels

Les lois sur la protection des renseignements personnels n’ont pas tant changé au cours des années. La principale difficulté réside dans le fait que la législation a été conçue avant l’avènement des téléphones intelligents et des médias sociaux. La loi est très claire, mais de nombreuses zones d’ombre sont liées à l’évolution de la technologie. Mentionnons par exemple la différence entre « public » et « accessible au public ». La législation traite de l’information accessible au public. Toutefois, si le profil de réseau social d’une personne est accessible, cela ne signifie pas pour autant que l’information peut être utilisée par des entreprises. Fournir des conseils en matière de protection de la vie privée est un exercice d’équilibre constant, tout particulièrement dans un contexte où les gens rendent publique leur vie privée.

Peut-on encore parler de vie privée?

La façon dont les jeunes conçoivent la vie privée s’avère plus intéressante que la législation comme telle. Une grande partie des membres de la génération Y semblent avoir une attitude ambivalente face à leur vie privée. Pour quiconque a constaté l’entrée dans l’âge adulte de cette génération, et sa dépendance aux téléphones intelligents, ce n’est pas surprenant du tout.

Il n’y a pas vraiment eu de sensibilisation, à titre d’enjeu public, sur les risques de ne pas tenir compte de l’importance de la protection des renseignements personnels. Nous vivons dans une époque où les gens troquent sciemment leurs renseignements personnels contre l’accès à des services gratuits. Avoir un profil dans les médias sociaux publics peut sembler anodin, mais quand cela s’ajoute aux autres aspects d’un tel laissez-faire, il y a plusieurs raisons de s’inquiéter. Dans certains endroits, pour espérer être accepté dans un certain collège, obtenir un certain emploi ou un prêt, c’est un aspect important. Et si vous ne voulez pas être victime de fraude d’identité, c’est un aspect vraiment important. Toute victime de vol d’identité sait à quel point il est désagréable de voir son identité reproduite. Il s’agit d’un geste criminel coûteux et envahissant.

Émergence des défenseurs de droits

L’augmentation du nombre de « défenseurs » constitue une autre tendance de consommation. Ces personnes sont bien informées de leurs droits en matière de communication de leurs renseignements personnels. Les personnes qui défendent leurs droits n’ont pas peur d’exprimer leurs préoccupations sur la raison de la collecte de leurs renseignements personnels et la façon dont ils sont recueillis. Ce groupe forme un vif contraste avec les membres de la génération Y. Les défenseurs ont de l’importance. Grâce à leurs questions, les gouvernements et les entreprises sont tenus de rendre des comptes. Ils contribuent à consolider le secteur de la protection des renseignements personnels.

Rôle du Bureau de la protection des renseignements personnels

Les entreprises ont dû s’adapter à ces nouveaux comportements du consommateur. En dix ans, le rôle du Bureau de la protection des renseignements personnels est passé d’un rôle secondaire à un rôle faisant partie intégrante des entreprises. Si, il y a quinze ans, on avait demandé à quelqu’un quel facteur représente l’excellence du service à la clientèle, il est peu probable que cette personne aurait répondu : « une bonne politique de protection des renseignements personnels ». L’idée de fournir un excellent service à la clientèle n’est pas nouvelle, mais s’assurer d’une gestion sûre et adéquate des renseignements personnels de la clientèle fait dorénavant partie du service à la clientèle. Aucune société ne peut prétendre s’être dotée d’une stratégie supérieure de service à la clientèle en l’absence d’un volet de protection des renseignements personnels.  Chez Rogers, c’est un aspect essentiel des tâches du Bureau de la protection des renseignements personnels.

En retraçant l’histoire de la protection des renseignements personnels, nous voyons toute l’évolution de la profession de protecteur des renseignements personnels, les aspects où nous avons excellé et ceux qui doivent encore être améliorés pour assurer des méthodes exemplaires et la sensibilisation à la protection des renseignements personnels.