Skip to main content

La photographie comme porte-voix: la persévérance à travers l’objectif de femmes vulnérables

mars 1, 2021

Articles

La double tempête que représentent la pandémie et la violence familiale a placé certaines femmes dans une position de grande vulnérabilité. Dès le début de la crise, il y a maintenant presque un an, Rogers s’est attaquée à ce problème majeur. En soutien au travail incroyable de l’organisme Hébergement femmes Canada, nous avons offert gratuitement des centaines d’appareils et de forfaits, en plus de créer une campagne de sensibilisation pour aider les femmes à trouver refuge. 

Bien entendu, les centres d’hébergement pour femmes existaient bien avant la COVID-19. Michelle Houjeily, une gestionnaire montréalaise pour l’équipe Prestation de la formation, s’est entretenue avec Sevaun Palvetzian, qui dirige la responsabilité sociale d’entreprise pour Rogers, lors de la plus récente édition de L’étincelle. Cette conversation souligne à quel point le concept de soutien va au-delà des dons de biens essentiels. En effet, parfois le plus beau cadeau consiste à donner du temps et à tendre la main.

Pour les usagères du Chaînon, un centre d’hébergement pour femmes à Montréal, utiliser l’art pour s’exprimer est une façon efficace de se faire voir et entendre.Michelle s’implique activement auprès des femmes vulnérables, en particulier celles qui vivent de la violence familiale, des problèmes de santé mentale, de l’isolement social et de l’insécurité en matière de logement. L’origine de son dévouement est profondément personnelle : Michelle a quitté la maison à 15 ans pour fuir une situation familiale précaire exacerbée par les troubles de santé mentale non traités de sa mère. 

Michelle s’est sentie interpellée par la mission du Chaînon, un refuge montréalais qui, depuis plus de 80 ans, vient en aide aux femmes qui fuient les situations d’abus et à celles qui sont aux prises avec des dépendances, des problèmes de santé mentale ou physique ou des troubles du comportement. Cet organisme offre aussi des programmes uniques aux femmes plus âgées qui ont besoin d’un accompagnement social et de services d’intégration. 

Comme plusieurs d’entre nous, Michelle a commencé par organiser une collecte de fonds pour subvenir aux besoins essentiels. Avec un budget de 4 000 $, une équipe de bénévoles a créé 100 trousses hivernales, comprenant des bas chauds, des tuques, des gants et des produits d’hygiène. Ces colis réconfort incluaient aussi un appareil photo jetable, ainsi qu’un défi.

L’ÉTINCELLE : Puisqu’une image vaut mille mots, un simple appareil photo peut se transformer en véritable porte-voix…

Tout le monde a besoin de bas, mais Michelle souhaitait offrir quelque chose de plus à ces femmes. Quelque chose de plus personnel, de plus inspirant. Puisqu’une image vaut mille mots, alors un simple appareil photo pourrait se transformer en véritable porte-voix.

Avant la pandémie, Michelle et collègue de Rogers David Noiseux s’était associée à Liana Carbone, une photographe professionnelle montréalaise, pour offrir des ateliers de photographie au Chaînon. L’atelier, intitulée Creating in the Moment [Créer dans le moment présent], combine théorie et pleine conscience. L’objectif est d’utiliser l’appareil photo pour prendre un instant et profiter du moment présent. Elles ont expérimenté différentes techniques avec les femmes du Chaînon, des photographies de natures mortes aux portraits. Ensuite, les participantes avaient deux semaines pour prendre des photos qui expriment leurs regards uniques, en s’attardant notamment à l’art de la rue et à la vie urbaine, mais aussi aux mouvements des arbres. Michelle, David, et Liana ont développé les pellicules et présenté les images dans le cadre d’une exposition tenue au Chaînon. C’était la première fois que les participantes voyaient leurs photos, et grâce à cette activité, elles réalisaient qu’elles n’étaient pas simplement des femmes invisibles vivant dans un refuge, mais plutôt des artistes. En mars, Michelle et Liana tiendront un nouvel atelier de photographie – virtuel cette fois – pour les usagères du Chaînon.


L’IMPACT :

Tout le monde a quelque chose d’important à dire, et notre statut social ou notre situation actuelle ne devraient pas être un frein à ce besoin d’expression. Les femmes qui ont participé à cet atelier en sont ressorties plus confiantes et n’ont plus l’impression d’être invisibles, ce qui a un effet positif sur leur bien-être mental. Michelle a tissé des liens avec plusieurs participantes, avec qui elle prend parfois un café. Elle a même aidé l’une d’elles à emménager dans son propre logement! Michelle est touchée et inspirée par leurs histoires de résilience et de persévérance; ces femmes cherchent l’aide que sa mère n’a jamais obtenue.

L’histoire de Michelle démontre bien qu’en mettant une passion et des compétences uniques au service d’un besoin, il est possible d’avoir un effet positif énorme sur la vie des gens, et même d’allumer une étincelle dans le cœur des autres. Depuis, Michelle a amassé des fonds pour l’achat de deux nouveaux ordinateurs portables pour Le Chaînon. Désirant aider encore plus de femmes du Chaînon à rester connectées à ce qui compte le plus, nous avons surpris Michelle en donnant cinq nouvelles tablettes au refuge, et la réaction de celle-ci était mémorable, comme vous pouvez le voir dans la vidéo.

Rogers continue de renforcer son partenariat avec Hébergement femmes Canada en offrant son soutien à tous les centres d’hébergement pour femmes – y compris Le Chaînon, lequel a obtenu des appareils et des forfaits en 2020 – afin qu’encore plus de femmes puissent s’exprimer cette année, lorsqu’elles en ont le plus besoin.