Skip to main content

La 5G, l’économie numérique et la compétitivité mondiale du Canada

Dans son rapport « La 5G, l’économie numérique et la compétitivité mondiale du Canada », PWC prévoit que la 5G fera augmenter le PIB canadien de 94 milliards de dollars par année d’ici 2035. En tant que principal catalyseur de l’économie numérique, le déploiement de la 5G au Canada se traduira par des gains transformateurs d’un point de vue sociétal et environnemental.

La 5G contribuera directement au rehaussement de la qualité de vie par l’amélioration de la prestation de services sociaux comme les soins de santé, l’éducation et le transport. Par exemple, un réseau 5G largement étendu bonifiera l’efficacité des systèmes de transport en commun et réduira les temps d’attente.

En matière environnementale, la 5G aidera à réduire les émissions et renforcera l’efficacité énergétique. Par exemple, les efforts de conservation de l’eau en agriculture ont connu une hausse de 4 % dans les dernières années grâce à l’installation de capteurs intégrés au sol dans des scénarios d’essai. Si cette pratique était implantée à plus grande échelle, elle pourrait se traduire par une réduction de 21 % de la consommation d’eau.

Toutefois, l’avenir 5G du Canada n’est pas garanti.

Dans son rapport, PWC affirme que le déploiement de la 5G exigera des investissements en capital plus importants que les générations précédentes et impliquera des coûts d’exploitation plus élevés. Elle estime également que le coût total de propriété de la 5G est de 23 % à 71 % supérieur à celui des réseaux 4G. Dans l’ensemble, d’ici 2025, les dépenses en capital des fournisseurs de services devraient croître de 7 % à 217 % par rapport aux niveaux de 2018.

Afin d’offrir l’infrastructure numérique 5G dont le Canada a besoin pour être concurrentiel dans l’économie numérique mondiale, nous aurons besoin de fournisseurs de services d’envergure qui auront la capacité d’investir des milliards de dollars dans les réseaux chaque année.

Le rapport souligne également le rôle important que jouera le spectre dans l’avenir de la 5G au Canada. Les fournisseurs de services canadiens comptent principalement sur le spectre à bande basse pour offrir les services 4G et 5G. La 5G a besoin de grandes quantités de spectre à bandes moyenne et haute. Jusqu’à maintenant, le Canada a tardé à mettre aux enchères ces blocs de spectre et ne l’a pas fait en quantité suffisante. Le manque d’accès au spectre 5G a une incidence directe sur la qualité des réseaux 5G du Canada.

Le rapport rappelle que les Canadiens et Canadiennes profitent aujourd’hui d’une technologie 4G qui surpasse les normes mondiales. Il fait référence à un autre rapport, préparé par OpenSignal, qui indique que, parmi les 25 pays chefs de file, le Canada se classe au premier rang en matière de débit descendant de pointe en 4G, au deuxième rang en matière de débit descendant en 4G et au septième rang en matière de débit montant en 4G¹.

Cependant, en ce qui a trait à la 5G, le Canada se classe au 14e rang en matière de débit descendant en 5G, au 16e rang en matière de débit descendant de pointe en 5G et au 14e rang en matière de débit montant en 5G parmi le même groupe de pays.

Les particuliers ne pâtissent pas vraiment de ces vitesses plus lentes lorsqu’ils utilisent leur téléphone. Cependant, les applications industrielles 5G nécessitent des vitesses très élevées et un décalage minime pour bien fonctionner. Afin que les fournisseurs de services canadiens puissent profiter pleinement des avantages de la 5G, le Canada doit accélérer la libération de plus grandes quantités de spectre à bandes moyenne et haute.

Il s’agit ici de défis importants à relever qui nécessitent un cadre réglementaire équitable et prévisible qui encourage les fournisseurs disposant d’installations à investir dans l’infrastructure numérique du Canada. À cette fin, PWC a formulé quelques recommandations précises :

Tout d’abord, le rapport soutient qu’il doit y avoir un niveau approprié d’incitatifs commerciaux qui favorisent la création de valeur pour les clients et l’investissement. Notre vision doit s’étendre au-delà de la simple réduction des prix comme objectif stratégique pour l’industrie.

Deuxièmement, la clé du succès est un ensemble de règlements prévisibles et équitables qui favorisent la concurrence, l’investissement et la sécurité du réseau, tout en offrant suffisamment de souplesse pour s’adapter à un environnement en évolution rapide. Un accès plus rapide et à prix raisonnable à l’infrastructure passive (poteaux, toits, mobilier urbain et autres endroits où seront installées des antennes 5G) est un exemple concret du principe de prévisibilité et d’équité.

Enfin, PWC souligne l’importance d’une reconnaissance générale de l’importance de la connectivité et du rôle qu’elle joue dans le développement de l’économie numérique.

Ces recommandations arrivent à point. Partout dans le monde, les pays déploient rapidement les réseaux 5G, et le Canada ne peut se permettre de prendre du retard. Nous – l’industrie, le gouvernement et les organismes de réglementation – devons accorder la priorité à l’investissement dans la technologie afin de propulser l’économie numérique du Canada vers l’avenir.

Charit Katoch, directeur, Politique publique


¹ https://www.opensignal.com/2021/03/24/in-the-5g-era-canada-is-losing-global-leadership-due-to-spectrum-challenges