Skip to main content

Ensemble, avec fierté: Stéphane raconte son expérience positive dans l’industrie du sport et explique pourquoi la représentation, c’est important

juin 23, 2022

Articles

Tout au long du mois de la Fierté, nous braquerons les projecteurs sur les histoires personnelles et inspirantes des membres de notre équipe 2SLGBTQ+. Voici celle de Stéphane.

Pendant les célébrations du mois de la Fierté chez Rogers, nous présentons les histoires de quelques membres qui s’identifient comme faisant partie de la communauté 2SLGBTQ+. Les membres partageront leurs histoires personnelles en toute ouverture et vulnérabilité et témoigneront de ce que le mois de la Fierté signifie pour elles et eux.

Stéphane Paré travaille chez Rogers depuis 10 ans et est producteur au service du contenu original de Sportsnet. Son histoire avec Rogers a commencé à l’école secondaire, alors qu’il faisait du bénévolat pour le programme TV Rogers. Jeune, Stéphane était fasciné par le monde de la télévision, et ses années de bénévolat ont cimenté son amour des histoires. À l’extérieur du bureau, Stéphane adore les voyages et la vie de chalet. Il est un défenseur actif de la communauté 2SLGBTQ+ et il planifie actuellement son mariage avec son fiancé qu’il a rencontré chez Rogers! 

Lorsque tu as commencé à travailler chez Sportsnet en 2012, tu as mentionné que tu n’étais pas certain de la façon dont tu serais accueilli, d’autant plus que l’industrie du sport n’a pas toujours été tolérante à l’égard de la communauté 2SLGBTQ+. Quelle a été ton expérience de travail dans ce secteur et quels conseils donnerais-tu aux membres de la communauté 2SLGBTQ+ qui souhaitent poursuivre un parcours professionnel semblable au tien? 

Lorsque j’ai eu l’occasion de travailler pour la première fois en radiodiffusion chez Sportsnet en 2012, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. À l’époque, je savais qu’il y avait peu de représentation 2SLGBTQ+ dans les sports et je craignais qu’un milieu de travail axé sur les sports ne soit pas le plus accueillant pour moi. Heureusement, mon expérience a été extrêmement positive. J’ai trouvé un environnement de travail qui non seulement m’acceptait, mais me célébrait pour qui je suis. Depuis que je me suis joint à l’équipe de Sportsnet il y a 10 ans, j’ai eu l’occasion de diriger notre couverture du mois de la Fierté et de me joindre au groupe consultatif sur le contenu du programme voix unies. Rogers m’a permis de changer concrètement la façon dont nous représentons ma communauté par l’intermédiaire de nos marques. Cependant, nous avons encore beaucoup de pain sur la planche. J’encourage l’ensemble des professionnel·les 2SLGBTQ+ de la radiodiffusion à envisager une carrière dans le domaine des sports. Le fait de m’affirmer comme homosexuel me permet d’intégrer au contenu que je produis une perspective différente, et nous avons besoin que tous les groupes en quête d’équité assurent une plus grande représentation. C’est tellement gratifiant de changer les choses de cette façon. 

Le mois de la Fierté est une occasion importante de célébrer les diverses voix de la communauté 2SLGBTQ+. Selon toi, comment pouvons-nous continuer de célébrer le mois de la Fierté tout au long de l’année? 

Pour moi, la Fierté va vraiment au-delà du mois de la Fierté. J’ai toujours hâte au mois de juin pour son côté coloré et amusant, mais il y a tellement d’autres façons de célébrer la Fierté toute l’année. Il peut s’agir de soutenir une petite entreprise appartenant à une personne 2SLGBTQ+ ou de s’assurer de connaître et d’utiliser les pronoms de préférence d’une personne. Nous avons besoin d’allié·es pour soutenir ces initiatives au-delà des défilés et des fêtes, chaque jour de l’année. 

Avec le recul, quel message transmettrais-tu à une version plus jeune de toi au sujet de l’acceptation et de la célébration de soi? 

Avant de faire mon coming out, j’ai toujours pensé qu’être ouvertement homosexuel pourrait être un obstacle. Je croyais que je ne pourrais peut-être pas avoir la carrière que je voulais ni même la vie dont je rêvais. M’accepter et être authentique a fini par être ma plus grande force. Je crois que mon affirmation m’a ouvert des portes. Si je pouvais dire une chose à une version plus jeune de moi, ce serait « Accepte qui tu es et ne pense jamais que tes différences sont des obstacles. Célèbre qui tu es et suis ta voie en toute confiance ».