Skip to main content

Commentaires de Joe Natale à l’Assemble générale annuelle de 2021

avril 21, 2021

Articles

Merci, Edward, et merci à toutes les personnes qui se joignent à nous à l’occasion de notre deuxième assemblée générale annuelle virtuelle.

Lorsque j’ai réfléchi à mes commentaires d’aujourd’hui, j’ai pensé à la raison d’être de notre entreprise qui est de permettre aux Canadiens de rester connectés à ce qui compte le plus pour eux, leur donner plus de possibilités.  Cela n’a jamais été aussi clair qu’au cours de la dernière année.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de la façon dont cet objectif continuera d’orienter nos efforts, alors que notre entreprise aide le Canada à se remettre de la pandémie et à faire face aux réalités futures de la compétitivité de notre pays à l’échelle mondiale.

Nous avons connu au cours de la dernière année une transformation qui ne se produit qu’une fois par génération et qui touche presque tous les aspects de notre vie.  De la façon dont les familles gardent le contact à la manière dont les entreprises rejoignent leurs clients en passant par celle qu’utilisent les étudiants pour continuer d’apprendre.

Tout au long de cette transformation, nos réseaux ont été essentiels pour rendre ces changements possibles.  


Nos employés ont été présents à chaque étape. De la construction à l’entretien de nos réseaux en passant par tout ce qu’il faut faire pour qu’il soit plus facile et plus sécuritaire pour les Canadiens de rester connectés, grâce à des services comme Pro chez vous, qui offrent à nos clients une expérience de vente au détail sécuritaire, sans compter notre nouvelle application qui permet à notre équipe d’encadrer virtuellement les clients par du soutien technique et de l’installation d’équipement.

Plus tôt cette semaine, nous avons eu des problèmes intermittents de service sans-fil sur notre réseau et nos équipes ont travaillé sans relâche pour rétablir le service.  La panne a été causée par une mise à jour logicielle de l’un de nos partenaires.  Nous remercions nos clients de leur patience pendant que nous remédiions à la situation.  En collaboration avec notre partenaire de réseau, nous réalisons un examen approfondi de ce qui s’est passé. Les résultats de cette enquête nous aideront à éviter que ce problème ne se reproduise. 

En tant qu’entreprise, nous avons réussi à adapter nos activités afin d’assurer la sécurité de nos clients et de nos équipes. Et bien que la croissance ait continué d’être difficile pendant l’année 2020, notre solide bilan et nos initiatives axées sur des activités efficaces nous ont bien préparés pour les efforts de rétablissement actuels et après la pandémie.

Nous l’avons observé dans nos résultats du Tr1 dévoilés ce matin. Ceux‑ci indiquent que nous avons atteint une croissance totale des produits sur 12 mois grâce aux améliorations apportées à nos activités du Câble et de Rogers Sports & Média, ainsi qu’au faible taux de désabonnement et à la forte croissance du nombre d’abonnés aux services sans‑fil postpayés.

De plus, en dépit des défis continus entraînés par la pandémie, nous continuons d’élaborer de nouvelles façons d’offrir des services à nos clients tout en améliorant l’efficacité et en gérant les coûts de manière concluante.

Bien que les incertitudes qui accompagnent cette pandémie continuent d’influencer nos façons de faire en 2021, le processus de vaccination nous donne espoir que notre monde pourra se diriger vers la fin du confinement au cours des prochains mois. Cela nous permettra de retrouver des expériences familières et d’en créer de nouvelles.

Tout comme la dernière année a eu des répercussions profondes et durables sur nos vies, la reprise aura un effet similaire.

Les experts prédisent un boom économique lorsque les entreprises redémarreront et que les Canadiens reprendront leurs activités quotidiennes.  Récemment, des économistes ont parlé d’une reprise fulgurante, d’une croissance plus forte, d’un retour au niveau d’immigration d’avant la pandémie, d’une création d’emplois accrue et d’une augmentation de la demande des consommateurs à mesure que les restrictions seront levées.   

Certains économistes prévoient une croissance économique de 6,2 % cette année au Canada, soit le rythme le plus rapide depuis le début des années 1970.

Joe Natale, Président et chef de la direction

Le Canada devra être prêt.

Alors que l’économie post‑pandémie prend forme, nous avons l’occasion non seulement de nous remettre sur pied, mais également de redéfinir notre place dans le monde pour que le Canada puisse enfin combler une grande partie de son fossé numérique tout en étant une destination de choix pour les talents, l’innovation et la croissance.

Aujourd’hui, nous avons atteint un point d’inflexion. Tout comme la connectivité numérique était essentielle pendant la pandémie, elle sera tout aussi importante pour assurer l’avenir concurrentiel du Canada. Les réseaux sans‑fil et de fibre optique seront le tissu conjonctif qui rendra possible cet avenir.

Mais cela met également en lumière le défi important auquel nous sommes confrontés en tant qu’industrie et en tant que nation.

L’expansion de nos réseaux afin d’offrir l’égalité numérique à tous les Canadiens et la construction de la prochaine génération d’innovation 5G; c’est ce dont le Canada a besoin pour son avenir et sa pertinence sur le plan international.

Aujourd’hui, je veux me concentrer sur les trois façons dont Rogers relève ces défis très importants et déterminants :

Tout d’abord, comment nous contribuons à combler le fossé numérique grâce à des tarifs records;

Ensuite, la façon dont nous accélérons le déploiement de la 5G à l’échelle nationale afin de conserver les gains que nous avons réalisés en tant que pays et de nous préparer à affronter la nouvelle concurrence;

Et, finalement, la façon dont nous devons nous assurer qu’il existe un environnement politique favorable et habilitant pour continuer à bâtir l’avenir de notre pays.

Ensemble, ces initiatives représentent une occasion remarquable de bâtir un Canada plus fort.

Tout d’abord, permettez-moi de parler de l’élimination du fossé numérique.

La pandémie de COVID‑19 nous a permis de constater que les réseaux du Canada sont parmi les meilleurs au monde. Depuis plus d’une décennie, nous nous sommes toujours classés au premier ou au deuxième rang dans le monde, selon OpenSignal.

Lorsque la pandémie a frappé, l’utilisation du service Internet résidentiel au Canada a grimpé de 60 %, la société faisant la transition au télétravail et à l’école virtuelle. Les réseaux du Canada ont non seulement répondu à cette demande, mais ont dépassé de 50 % les vitesses moyennes mondiales du service à large bande.

Il s’agit d’une conséquence directe des milliards de dollars que les entreprises de télécommunications et les gouvernements ont injectés dans l’infrastructure des réseaux au cours des deux dernières générations.

Chez Rogers, cela représente un investissement de 60 milliards de dollars au cours des 35 dernières années.

Ces investissements collectifs et ces réseaux ont bien servi le pays jusqu’à maintenant, mais le Canada se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins.

Aujourd’hui, environ deux millions de ménages canadiens vivant en milieu rural sont mal desservis sur le plan numérique et sont laissés pour compte. Seulement la moitié des Canadiens des régions rurales et seulement le tiers des communautés autochtones ont accès à Internet haute vitesse.

La capacité d’apprendre en ligne ou de faire partie de l’économie numérique ne devrait pas dépendre de votre code postal.

La résolution de ce problème urgent nécessite des partenariats entre tous les secteurs.  Je suis fier des efforts de notre entreprise dans ce domaine.

Comme Edward l’a mentionné, cette année seulement, nous avons fait partie du plus important partenariat public‑privé du Canada pour l’expansion du réseau sans‑fil avec le Eastern Ontario Regional Network, qui couvrira 99 % du territoire où les gens vivent, travaillent et se divertissent, apportant la vitesse et la connectivité 5G sur plus de 11 000 kilomètres de routes principales d’ici 2025. 

De plus, dans le cadre des initiatives SWIFT (Southwestern Integrated Fibre Technology) qui nous ont été confiées, nous avons contribué à créer des occasions propices à d’importants investissements visant à mieux connecter les régions rurales de l’Ontario.

Nos efforts sont déployés partout au pays. 

Nous faisons partie du Fonds pour la large bande universelle du gouvernement fédéral, qui fournit 2,75 milliards de dollars pour appuyer une foule de projets d’accès Internet haute vitesse partout au pays.  

Pas plus tard que ce mois‑ci, en partenariat avec le gouvernement de la Colombie‑Britannique, Rogers commencera à construire des installations permettant pour la première fois la couverture sans-fil complète le long de deux des routes de la province, notamment 252 kilomètres de nouvelle couverture cellulaire le long de la route 16, connue sous le nom de « route des larmes », en raison de son lien avec les femmes autochtones disparues ou assassinées. Bientôt, il sera possible d’appeler le service d’urgence 9‑1‑1 pour obtenir de l’aide le long de ce tronçon éloigné de la route.  Nous sommes fiers de participer à ce travail et de combler ces importantes lacunes en matière de communication.

Tous ces programmes changent les choses. 

Toutefois, étant donné la vaste étendue géographique du Canada, il faut en faire plus.

Alors que nous déployons d’importants efforts pour éliminer les divisions géographiques, le Canada fait face à un autre fossé numérique grandissant, soit entre notre pays et nos concurrents internationaux. 

La 5G a changé la donne.  De plus, de nombreux autres pays agissent rapidement et prennent des mesures musclées. 

Pour être clair, le Canada fait du rattrapage par rapport aux autres chefs de file mondiaux de la 5G. Nous ne pouvons nous permettre de prendre du retard.  Surtout après les nombreux efforts déployés dans tous les secteurs pour attirer et former une main‑d’œuvre hautement qualifiée, y compris des talents technologiques. Nous ne pouvons tout simplement pas prendre le risque de voir ce bassin de talents diminuer ou quitter le pays parce que nos réseaux et notre technologie ne peuvent suivre le rythme de notre ambition nationale.

La 5G est une mutation technologique fondamentale, qui connectera absolument tout, des humains aux machines, en passant par les maisons et les villes. Ces enjeux importants deviennent rapidement des enjeux de taille pour l’avenir de la productivité et du programme lié à l’innovation de chaque pays.

Cette infrastructure ne fait pas que développer la technologie, elle génère également des emplois et de la croissance.

Accenture estime que la 5G pourrait générer 40 milliards de dollars de PIB annuel additionnel pour le Canada, et que la construction du réseau et les retombées économiques de la technologie y créeront et y maintiendront 250 000 emplois directs et indirects.

Il n’y a aucun doute. Les réseaux du Canada façonneront l’avenir de façon indélébile.

L’infrastructure dont nous avons besoin aujourd’hui est analogue à bien des égards à la construction du chemin de fer national il y a 140 ans, tant sur le plan de l’échelle que des répercussions sur notre avenir.

Rogers a pris les devants afin de relever ce défi.  Au cours de la dernière année, nous avons déployé le plus grand réseau 5G du Canada, reliant 173 municipalités.

Et maintenant, avec Shaw, nous sommes prêts à faire le prochain pas de géant.

Notre entreprise combinée investira 2,5 milliards de dollars dans la construction d’un réseau 5G pour l’Ouest canadien et dans la création d’un deuxième réseau filaire national étendu qui livrera directement une meilleure concurrence à Telus dans l’Ouest et à BCE dans l’Est.

Nous franchirons également une étape importante pour combler le fossé numérique grâce au Fonds Rogers pour la connectivité rurale et autochtone.  Cet investissement de 1 milliard de dollars permettra d’offrir des services à large bande à des collectivités rurales, éloignées et autochtones mal desservies dans l’Ouest canadien.

Ces investissements créeront à un moment critique 3 000 emplois dans l’Ouest canadien, dont 500 dans les technologies nouvelles et émergentes.

En combinant nos équipes et nos actifs complémentaires, nous sommes particulièrement bien placés pour combler le fossé numérique et accélérer l’arrivée de la 5G dans l’Ouest et partout au Canada.  Je suis très heureux du potentiel que cela génère. 

La 5G offrira des solutions novatrices à tous les secteurs clés de notre économie, qu’il s’agisse de l’exploitation minière, pétrolière ou gazière, de l’agriculture, du transport, de la fabrication, de l’énergie, de la vente au détail ou des services bancaires.

Elle révolutionnera les soins de santé. Par exemple, les « ambulances intelligentes » équipées de la 5G pourront recevoir et transmettre de l’information vitale au point de service et ainsi, sauver des vies.

La 5G peut également être révolutionnaire pour les petites entreprises, dont un grand nombre ont beaucoup souffert pendant la pandémie.  Les petites entreprises représentent la moitié du PIB du Canada et elles aussi ont besoin d’outils numériques pour prospérer.

La 5G n’est pas qu’une question de technologie, elle présente également un avantage sur le plan de l’abordabilité. La nouvelle capacité novatrice de gestion du spectre dynamique associée à la 5G permettra aux Canadiens de consommer beaucoup plus de données à un rythme beaucoup plus rapide; les économies réalisées grâce à une plus grande efficacité seront transmises aux consommateurs, accélérant ainsi la tendance à la baisse des prix des télécommunications que nous observons depuis cinq ans.

Jumelée à notre programme Branché sur le succès récemment élargi qui offre un service Internet haute vitesse à faible coût à seulement 10 $ par mois aux aînés, aux familles avec enfants et aux personnes bénéficiant d’une aide aux personnes handicapées et d’un soutien du revenu, la 5G change la donne pour de nombreuses familles dans le besoin.

Quand on y réfléchit, ce qui est plus clair que jamais, c’est que la 5G nous ouvre un monde de potentiel.  Ne pas l’avoir se traduirait par la dure réalité d’un nouveau paysage économique auquel nous ferions face collectivement.

De nos jours, le Canada se classe seulement au 21e rang sur 60 pays selon l’indice d’innovation Bloomberg. Un rapport de Brookings a par ailleurs révélé que les industries évoluées du Canada sont beaucoup moins productives que leurs homologues américaines. 

Nous pouvons et devrions faire mieux. 

La connectivité 5G et l’innovation qu’elle offre sont les catalyseurs qui nous aident à rehausser notre niveau à l’échelle mondiale. 

Nos partenariats avec des universités canadiennes comme l’Université de la Colombie‑Britannique et l’Université de Waterloo nous aident déjà à explorer le potentiel de la 5G et à nous assurer qu’il y a une réserve active d’emplois hautement spécialisés et de talents pour la soutenir.

De concert avec Shaw, nous créerons à Calgary un nouveau centre national d’excellence en technologie et en ingénierie. Il s’agira d’un centre d’innovation qui portera notamment sur de nouvelles applications 5G pour les consommateurs et les entreprises, et qui créera des centaines d’emplois spécialisés ainsi que des possibilités de travailler avec des développeurs canadiens.

Somme toute, le lancement de la 5G au Canada créera des entreprises et des emplois de haute technologie, diversifiera l’économie, attirera de nouveaux investissements et fera de nos universités et établissements techniques des centres d’excellence en recherche et en innovation à l’échelle mondiale. 

Nous sommes heureux d’être une force motrice pour cela.

Enfin, construire la prochaine génération de réseaux ne prend pas seulement les bonnes compétences et les bons capitaux.  Cela nécessite aussi un cadre réglementaire favorable et un partenariat avec les gouvernements.

Selon des estimations, au cours des cinq prochaines années, notre industrie devra injecter 26 milliards de dollars dans la construction et le déploiement de réseaux 5G à l’échelle du pays.

Pour réaliser ces investissements et respecter la promesse d’offrir la 5G au Canada, nous devrons établir des partenariats entre notre industrie, le gouvernement et des groupes communautaires. Toutefois, cela exige également un environnement politique et réglementaire adéquat qui encourage – et ne freine pas – les investissements générationnels que nous devons faire dès maintenant.

Récemment, le CRTC a publié ses nouvelles politiques sur les services sans‑fil qui permettent aux opérateurs de téléphonie mobile sans réseau d’accéder aux réseaux des fournisseurs exploitant leurs propres installations. Nous sommes tous d’avis qu’il est essentiel d’investir dans les réseaux canadiens et nous demeurons engagés envers l’expansion de nos services et d’options abordables pour tous les Canadiens, peu importe où ils habitent.

Les investissements dont j’ai parlé aujourd’hui sont essentiels, mais ils ne sont pas inévitables.

Les Canadiens ont besoin d’entreprises canadiennes fortes, capables de continuer à investir des milliards de dollars chaque année.

Être une entreprise canadienne solide va bien au‑delà de la construction de tours cellulaires, de kilomètres de fibre optique ou d’une bande de spectre de mégahertz.

Ça veut dire créer des emplois bien rémunérés pour la main‑d’œuvre canadienne. 

Il s’agit de bâtir des communautés plus fortes ancrées dans des partenariats avec des organismes de bienfaisance et des ONG, que favorise l’engagement des employés à l’échelle locale. 

Il s’agit d’encourager l’amour du sport au pays grâce à des investissements dans les équipes et les installations locales afin que tous les enfants aient la chance de jouer. 

Ça veut dire créer une tribune et élargir l’auditoire pour les voix et les créateurs du Canada, par exemple, le Groupe de Fonds Rogers qui a injecté 628 millions de dollars au cours des quatre dernières décennies dans des productions télévisuelles et cinématographiques reflétant la diversité de notre pays.

Voilà le genre d’investissements que permettent les entreprises canadiennes solides bien enracinées. 

On ne peut pas tenir cela pour acquis.

Parce qu’il est important de se rendre compte, maintenant plus que jamais, que la concurrence ne se limite pas à nos frontières, mais oppose de plus en plus les géants technologiques mondiaux, dont les bilans affichent des billions de dollars.

En un peu plus de quelques années, ils ont transformé notre façon d’interagir, de recevoir les nouvelles, de nous divertir et d’être informés des événements les plus importants de notre vie. 

Pourtant, ils embauchent principalement à l’extérieur de nos frontières, leurs profits sont réinvestis ailleurs et les voix dominantes sur leurs plateformes sont mondiales, et non locales.

Lorsque les entreprises canadiennes réussissent et prennent de l’expansion, c’est le Canada qui bénéficie d’avantages dépassant de loin la valeur pour les actionnaires. 

Il ne faut pas avoir peur de permettre à nos entreprises canadiennes de prendre de l’expansion. Nous sommes à un moment décisif et ce que nous faisons façonnera le Canada pour les années à venir. 

Nous ne pouvons pas nous permettre de nous tromper.

Avant de terminer, j’aimerais dire quelques mots pour saluer le travail de ceux et celles qui nous ont aidés à traverser une période vraiment hors du commun.

Merci à nos employés de partout au Canada.  Vos nombreuses histoires de sacrifices personnels et d’actes de gentillesse au cours de la dernière année m’ont inspiré. Vous avez su être présents pour nos clients et les uns pour les autres.  Et au cours d’une année où les Canadiens en avaient le plus besoin, vous avez consacré 50 000 heures de votre temps au bénévolat, aidé à nourrir des milliers de familles dans le besoin et atteint des niveaux records de mobilisation, en plus de nous aider à accroître notre engagement ferme envers l’inclusion et la diversité.

Je tiens à remercier Edward et les autres membres de la famille Rogers, de même que les membres du conseil d’administration, pour leur soutien continu, qui s’appuie sur l’héritage de Ted Rogers. Son esprit d’entreprise et sa vision de permettre aux Canadiens de garder le contact continuent de nous inspirer.

Je tiens à remercier aussi nos actionnaires pour leur perpétuel appui, alors que nous nous efforçons de bâtir un Canada et une entreprise plus solides.

Nous nous préparons à sortir de cette crise et il est essentiel de veiller à ce que tous les Canadiens aient accès à une connectivité et de nous doter des bons éléments qui nous aideront à stimuler l’investissement, l’innovation et la compétitivité. Tout cela nous aidera à créer plus de possibilités et à faire en sorte que le Canada redevienne un chef de file mondial.

Merci