Skip to main content

Rogers presse le Comité de l'industrie de tenir des audiences publiques pour traiter des failles dans la politique gouvernementale en matière de sans-fil

août 27, 2013

Nouvelles

Les membres du Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la
technologie de la Chambre des communes se réuniront aujourd’hui pour
décider de tenir des audiences publiques ou non

TORONTO, le 27 août 2013 /CNW/ – Rogers Communications presse le
gouvernement fédéral de répondre sans tarder aux demandes issues des
représentants de l’industrie, du gouvernement, des syndicats, des
investisseurs institutionnels, des analystes et d’autres acteurs afin
de revoir les politiques et les règles imparfaites en vigueur au pays à
la veille de la mise aux enchères du spectre sans-fil de 700 MHz. À
l’heure actuelle, les règles en vigueur confèrent un avantage
inéquitable aux grandes sociétés étrangères, et Rogers exige un
ensemble de règles communes aux opérateurs d’ici comme d’ailleurs.

Concrètement, nous demandons au gouvernement fédéral de prendre les
mesures suivantes : 

  1. Donner à tous les mêmes droits pour la mise aux enchères du spectre de
    700 MHz – il faut accorder aux fournisseurs canadiens les mêmes droits
    que les grandes entreprises étrangères. 
  2. Créer un environnement libre – si un acteur canadien du secteur du
    sans-fil cherche un acheteur, tout le monde devrait pouvoir lui faire
    une offre.
  3. Renforcer les exigences de participation aux mises aux enchères –
    s’assurer que les opérateurs étrangers investissent pour construire un
    réseau national dans les zones rurales.

« Le spectre constitue une ressource naturelle essentielle à la vitalité
des réseaux sans fil du Canada. Il est important que le gouvernement
prenne le temps de redresser cette politique, a affirmé Nadir Mohamed,
chef de la direction de Rogers. En participant aux audiences publiques,
les Canadiens auraient la chance de faire connaître leur opinion au
sujet de ces politiques qui accordent à de grandes sociétés étrangères
un accès préférentiel à cette précieuse ressource canadienne.»

De nombreuses parties prenantes, de toutes allégeances politiques, ont
joint leur voix au débat et fait valoir leurs préoccupations au sujet
de l’impact de l’actuelle politique du gouvernement en matière de
sans-fil. Les audiences tenues par le Comité fédéral de l’industrie
constitueraient une occasion extraordinaire de maintenir un dialogue
ouvert et public.

« Ce débat et ce dialogue sont nécessaires, car ces politiques
marqueront l’industrie pour les années à venir. Nous demandons d’ouvrir
les discussions dans un esprit constructif afin que le pays et tous ses
habitants profitent d’un secteur sans-fil fort, durable et
concurrentiel, a conclu M. Mohamed. »

Rogers est favorable à toute concurrence que lui livre une entreprise,
qu’elle soit étrangère ou canadienne, pourvu que les règles du jeu
demeurent équitables et que le secteur sans-fil au Canada reste
concurrentiel tout en étant parmi les meilleurs du monde.

SOURCE Rogers Communications Inc. – Français