Skip to main content

Pleins feux sur les bénévoles : Stefano Manco

mars 1, 2017

Articles
L’équipe de bénévoles du mois est le groupe de gestion interne du service de Clavardage de Fido. Stefano Manco et son équipe ont assemblé des paniers de denrées à Moisson Montréal.  Qu’est-ce qui vous a incité à participer au Programme des employés bénévoles de Rogers? Comme nous croyons fermement à ce programme de bénévolat, nous avions encouragé nos employés à y participer l’année durant. Nous nous sommes dit : « Quelle belle façon de prêcher par l’exemple! » Qu’avez-vous fait lors de votre journée du bénévolat et est-ce que quelqu’un s’est joint à vous? J’ai passé une journée comme bénévole à Moisson Montréal, membre du réseau des Banques alimentaires Canada et des Banques alimentaires du Québec. L’organisme recueille des dons alimentaires et des produits de base toute l’année pour les remettre aux organismes communautaires de Montréal. Le jour de mon bénévolat, on nous a demandé de trier une immense quantité de denrées non périssables données afin de composer des paniers d’entraide. Tous les membres de l’équipe de gestion interne du service de Clavardage de Fido y étaient. Racontez-nous votre journée! Nous nous sommes amusés ferme et avons beaucoup ri. Cette journée a été l’occasion idéale de consolider nos liens d’équipe. Nous avons défait des boîtes et rempli des sacs avec toutes sortes de gâteries. Nous avons également eu l’occasion de faire connaissance avec d’autres bénévoles de l’entreprise. Cette expérience nous a réconfortés. Quel a été votre moment favori de votre expérience de bénévolat? Nous avons été très fiers qu’ils nous félicitent pour notre efficacité. Selon eux, nous formions l’une des équipes les plus productives qu’ils avaient vues. Mais ce qui reste, ce sont les rires que nous avons partagés, tous ensemble. Diriez-vous que cette expérience vous a apporté quelque chose? Nous avons fait la constatation que nous tenons pour acquise la nourriture que nous mangeons chaque jour. Cette journée nous a rappelé que, même ici au Canada, des familles ne parviennent pas à manger trois repas par jour.