Skip to main content

Les tests rapides de dépistage contribuent à prévenir la propagation de la COVID‑19

Le mois dernier, j’ai participé à une table ronde virtuelle lors du Sommet économique Canada 360 de la Chambre de commerce du Canada. Avec mes collègues panélistes, nous avons discuté de l’initiative de CDL Rapid Screening Consortium. De concert avec d’autres grandes entreprises telles que Shoppers Drug Mart et Air Canada, Rogers a fondé un consortium sans précédent. Ce consortium est dirigé par Creative Destruction Labs de l’Université de Toronto et est composé de 12 entreprises canadiennes. L’objectif est de mettre à l’essai un système de dépistage rapide et fiable de la COVID-19 afin de relancer l’économie en toute sécurité alors que la pandémie diminue.

Dès le début de la pandémie, notre président et chef de la direction Joe Natale a établi deux priorités : veiller à la sécurité de nos employés et permettre à nos clients de rester connectés. Nous nous sommes inspirés de cette philosophie dans notre réponse pour aider nos clients, notre équipe et le pays dans son ensemble.

Dans le cadre de ce consortium, nous avons été la première entreprise à lancer un programme pilote de tests rapides de dépistage avec les membres de notre équipe Média sur notre campus de Toronto. Ces personnes viennent chaque jour dans nos studios pour fournir un service essentiel : tenir les Canadiens et les Canadiennes informés. Nous envisageons d’étendre ce projet pilote à d’autres équipes et sites essentiels de notre entreprise.

Les tests rapides de dépistage sont utiles pour détecter la COVID-19 chez les personnes asymptomatiques. Si nous pouvons déterminer en 15 minutes les personnes atteintes de la COVID-19, nous pouvons les isoler et les protéger, et empêcher la propagation du virus. Certains pourraient mettre en doute l’avantage des tests rapides de dépistage lorsque des vaccins sont actuellement déployés. Ces tests ne sont pas destinés à remplacer les tests standards de réaction en chaîne par polymérase (PCR) ou même les vaccins. Ils constituent une protection supplémentaire – un moyen essentiel de prévenir la propagation de la COVID-19 en attendant la distribution du vaccin à grande échelle.

Ces tests peuvent être particulièrement utiles dans les lieux de grande affluence tels que les écoles et les lieux de travail. Ils permettent, à un prix abordable, de déterminer rapidement si une personne est infectée. Dans ce cas, la personne doit passer un test PCR pour obtenir un diagnostic officiel, puis suivre les directives appropriées telles que l’auto-isolement et le traitement. Afin d’éviter la propagation à d’autres personnes, il est important que cette personne quitte immédiatement le lieu de travail ou l’école.

Ces tests doivent être utilisés en complément aux mesures de santé actuellement en place telles que l’éloignement physique, le lavage régulier des mains, les masques faciaux et autres.

Selon les médias, des millions de trousses de dépistage rapide ont été expédiées aux provinces et ne sont pas utilisées. Diverses raisons expliquent la lenteur avec laquelle les tests rapides de dépistage sont utilisés, notamment la capacité des travailleurs de la santé qui sont déjà surchargés, le manque de compréhension quant à la manière de mettre en œuvre le processus de dépistage et les questions relatives à son efficacité. Comme le Dr David Naylor et le Dr Irfan Dhalla du Groupe consultatif d’experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19 du gouvernement canadien l’ont déclaré dans une récente entrevue, les taux de faux positifs sont très rares et les taux de faux négatifs sont inférieurs à 10 %. Pour tenir compte de ce faible taux d’inexactitude, les dépistages sont effectués deux ou trois fois par semaine. Le Dr Dhalla cite l’exemple des Seahawks de Seattle, une équipe de la NFL, qui a passé une saison régulière entière sans un seul cas de maladie dans son organisation. Dans le cadre des mesures prises pour assurer la sécurité des membres de l’équipe et du personnel de soutien, les Seahawks avaient utilisé des tests rapides de dépistage similaires.

Chez Rogers, nous sommes fiers d’offrir nos ressources pour soutenir cette importante initiative. Nous continuons à en apprendre sur ce programme, et nous sommes prêts à partager nos connaissances avec d’autres entreprises et à implanter ces tests de dépistage à plus grande échelle. À la fin de la phase pilote, un guide contenant les enseignements tirés par l’ensemble du consortium sera mis gratuitement à la disposition du gouvernement, du secteur public et d’autres organisations afin qu’ils puissent déployer un processus similaire pour ramener les employés et les clients en toute sécurité.

Dr David Satok est le chef de la direction des Services médicaux de Rogers.