Skip to main content

La Fédération canadienne des municipalités : connecter les gens d’ici grâce à la 5G

Vous lisez ce texte sur un écran. Au cours des 15 derniers mois plus particulièrement, nos écrans ont été notre principale fenêtre sur le monde. La pandémie nous a tous forcés à réinterpréter certains aspects de nos vies sous un angle numérique : comment nous apprenons, comment plusieurs d’entre nous travaillons, comment nous recevons les services gouvernementaux, comment nous maintenons le contact avec nos proches et même comment nous exprimons notre spiritualité et célébrons.

Aucun d’entre nous n’aurait pu imaginer ce recours colossal aux services en ligne ni l’impact de la COVID-19 qui l’a généré. Malgré cette augmentation importante de l’utilisation (de plus de 60 % au Canada, pratiquement du jour au lendemain), les réseaux canadiens ont non seulement répondu à cette demande, mais ont dépassé de 50 % les vitesses moyennes mondiales du service à large bande.

Bien que la technologie se soit intégrée à notre société sans heurts, on se souvient encore très bien du jour où le premier appel par téléphone cellulaire a été effectué entre les maires de Toronto et de Montréal en 1985. Dans l’univers du sans-fil, les moments charnières en matière de technologie se définissent en « G ». La 1G nous a permis d’utiliser nos téléphones pliables analogiques, la 2G, d’envoyer des messages texte. Au début des années 2000, la 3G a glissé nos ordinateurs dans nos poches et dans la paume de nos mains. Enfin, la 4G nous a lancés dans l’ère « sur demande » d’Uber, de Airbnb et des commandes d’épicerie en ligne.

Nous voici à l’aube d’une ère nouvelle avec la 5G.

Disons que vous êtes dans une ambulance en chemin vers l’hôpital. Un médecin pourrait commencer une intervention chirurgicale à distance pendant votre transport. En cas de glace noire, des détecteurs identifient les surfaces glacées dans les intersections à risque élevé et alertent les passagers avant que vous ne perdiez le contrôle de votre voiture. Pour les braves pompiers qui risquent leurs vies pour garantir notre sécurité, la 5G peut aider à trouver les personnes à l’intérieur des immeubles malgré la fumée dense, ce qui est actuellement une tâche ardue. 

Dans tous ces cas et bien d’autres encore, la 5G transformera le quotidien de tous les gens d’ici. Aujourd’hui, environ deux millions de ménages canadiens vivant en milieu rural sont mal desservis sur le plan numérique et sont laissés pour compte. Seulement la moitié des Canadiens des régions rurales et seulement le tiers des communautés autochtones ont accès à Internet haute vitesse. Avec divers ordres de gouvernement, nous accélérons la cadence pour combler ce fossé numérique.

Parallèlement, la course pour rattraper les chefs de file mondiaux de la 5G est lancée! Rogers a été le premier fournisseur à déployer la 5G au Canada et nous avons acheminé la 5G à plus de 700 communautés à travers le pays. Cela fait partie de notre investissement de 60 milliards de dollars au cours des 35 dernières années au Canada, et ce n’est que le début. Pendant que nous bâtissons le réseau 5G, les municipalités et villes voudront attirer des personnes de talent hautement qualifiées pour y vivre et créer des services élaborés avec la 5G qui bénéficieront aux résidents.

Cette année, j’ai eu l’occasion de rencontrer trois de ces innovateurs dans le cadre du congrès virtuel de la Fédération canadienne des municipalités (FCM). J’ai discuté avec Philip Reece, fondateur de InDro Robotics, avec Jazz Pabla, directeur principal de l’informatique pour la ville de Kelowna, et avec Vivianne Gravel, chef de la direction et fondatrice de b-citi.

InDro Robotics a été la première entreprise au pays à recevoir un permis pour le transport de marchandises commerciales par drone. Cette équipe a réussi à envoyer des tests de dépistage de la COVID-19 par drone, de l’île de Penelakut à l’île de Vancouver, un trajet aller-retour d’une durée habituelle de 4 heures par traversier. Elle est parvenue à réduire la durée du périple à 7 minutes. Le drone a utilisé le réseau cellulaire pour réaliser ce trajet. Le réseau 5G, avec sa faible latence et sa grande rapidité, ne fait que rehausser les capacités et fonctions des drones.

Jazz Pabla nous a parlé du projet pilote de 2019 avec Microsoft, Rogers et l’Univsersité de la Colombie‑Britannique dans le cadre duquel cinq capteurs LiDAR furent installés à certains carrefours achalandés de Kelowna. Ces dispositifs captent des données de type carte de l’achalandage qui sont ensuite acheminées par réseau 5G en toute sûreté vers le bureau d’information de la ville de Kelowna. Au moyen de ces données, la ville souhaite éventuellement que le feu pour piétons d’un feu de circulation puisse être prolongé si le capteur détecte qu’il faut plus de temps à une personne pour traverser l’intersection (par exemple, une personne avec une poussette). Les capteurs LiDAR sont très respectueux de la vie privée : ils ne recueillent que des données de carte de l’achalandage et aucun renseignement personnel. Ceci était un élément à considérer lors de la conception des villes intelligentes.

De même, Vivianne Gravel, une pionnière canadienne dans les domaines du numérique, des communications mobiles et de l’intelligence artificielle (IA), connecte les citoyens aux services municipaux appropriés grâce à une utilisation éthique de l’IA et de la 5G, par le biais d’une seule application. Ceci peut inclure divers services comme le paiement des frais de stationnement, la réservation d’un terrain de tennis, obtenir des renseignements à propos d’un parc urbain ou l’état de rénovation d’une route. Selon Vivianne, la réduction moyenne des coûts de la conversion en numérique d’un service pour une ville est de 11 $ par citoyen. Imaginez les économies pour une ville comme Toronto qui offre des centaines de services municipaux.

Philip, Jazz et Viviane n’ont dévoilé qu’une partie du champ des possibles permis par la 5G. Certaines municipalités n’attendent plus. La municipalité de Fredericton, en partenariat avec Rogers, a organisé un marathon de programmation d’une semaine dans le but de développer des solutions 5G qui aborderont les défis de cette ville intelligente¹. Afin que tout le Canada exploite ce potentiel, qui pourrait hausser le PIB de 40 milliards de dollars d’ici 2026², toutes les municipalités et villes devront saisir de la même manière l’occasion qu’offre cette technologie. Nous aiderons à faire en sorte que notre pays soit prêt à l’accueillir. Notre prospérité collective l’exige.

Sevaun Palvetzian, chef de la direction des Communications, Rogers


¹ https://www.fredericton.ca/fr/coup-de-pouce/evenement-innovation-coup-de-pouce
² Accenture Stratégie – En route ver l’innovation – la place du Canada dans la course vers le 5G; https://www.5gcc.ca/fr/ressources/