Skip to main content

Gestion des urgences pour les communautés autochtones

Des phénomènes météorologiques violents touchent des communautés partout au Canada chaque année. En 2021, des feux de forêt ont touché une grande partie du nord et de l’ouest du Canada et des États-Unis, tandis que les tremblements de terre constituent une menace persistante du côté pacifique du continent.

Les régions rurales et éloignées du Canada, et surtout les communautés des Premières Nations et les communautés autochtones, sont particulièrement exposées, car celles-ci disposent de moins de ressources pour se préparer et répondre aux urgences en raison de leurs emplacements isolés.

À l’été 2018, de nombreux feux de forêt ont ravagé la Colombie-Britannique. Les plus importants sont survenus dans les districts régionaux de Kitimat-Stikine, de Bulkley-Nechako et de Cariboo. On retrouve dans ces trois districts régionaux l’une des plus importantes concentrations de communautés autochtones de la Colombie-Britannique.

Une communauté près de Burns Lake, petite ville située dans le district régional de Bulkley-Nechako, a été menacée par les feux qui approchaient. Des membres de la GRC ont été dépêchés pour soutenir les services d’urgence de la région. Toutefois, en raison d’une connectivité limitée, il était difficile de joindre les ménages pour les informer de la nécessité d’évacuer la région. Il a donc été nécessaire de passer de porte en porte pour s’assurer que les gens étaient au courant de la nécessité de quitter leur demeure rapidement. 

Une fois les feux éteints, une rencontre a eu lieu avec les communautés pour discuter des interventions d’urgence. Cette rencontre a révélé que l’amélioration de la connectivité était une première étape essentielle pour améliorer la sécurité et les interventions d’urgence.

Combler le fossé numérique

Malgré la multiplication des efforts déployés pour offrir un service à large bande rapide aux communautés rurales, éloignées et autochtones, et les milliards de dollars réservés par tous les ordres de gouvernement et l’industrie pour améliorer la connectivité, il reste encore beaucoup à faire.

On estime que 34,8 % des réserves des Premières Nations et 45,6 % des ménages en régions rurales ne disposent pas du service à large bande de 50/10 Mbps conformément à l’objectif¹.

Nous reconnaissons l’importance de notre rôle d’étendre notre réseau à toute la population canadienne et de combler le fossé numérique. Nous augmentons nos investissements dans la fibre optique et l’accès fixe sans fil afin de couvrir un plus grand nombre de foyers partout au pays. De plus, l’alliance que nous proposons avec Shaw nous permettra d’accélérer la mise en œuvre de nos plans grâce à un fonds de 1 milliard de dollars destiné à connecter les communautés rurales, éloignées et autochtones.  

Rogers élargit également son réseau sans-fil 5G en Colombie-Britannique afin d’offrir une connectivité fiable le long de la route 16, également connue sous le nom de « route des larmes », où de nombreuses femmes et filles autochtones ont disparu ou ont été trouvées assassinées.

Rogers et Ericsson, notre partenaire de réseau 5G, construiront 12 nouvelles tours cellulaires qui offriront 252 km de nouvelle couverture cellulaire le long de la route 16. Ces tours combleront le fossé numérique et assureront une couverture continue sur l’ensemble des 720 km de cette route du Nord.

Technologie et intervention d’urgence

Nous commençons à constater à quel point les avancées de la technologie et des communications peuvent contribuer à l’intervention d’urgence.

Grâce à notre partenariat pluriannuel avec l’Université de la Colombie-Britannique, nous tirons parti de la puissance de la 5G pour élaborer des solutions visant à améliorer la gestion des urgences. Cela comprend l’utilisation des technologies d’apprentissage machine et de capteurs pour prédire la trajectoire d’un tremblement de terre et des tsunamis subséquents afin d’alerter les gens pour qu’ils prennent les mesures nécessaires afin de sauver des vies et de protéger les infrastructures essentielles. Nous collaborons également avec le service de gestion des feux de forêt de la Colombie-Britannique pour comprendre comment la 5G peut aider à prévoir et à gérer plus efficacement les feux de forêt.

InDro Robotics, une entreprise canadienne de drones, a travaillé en étroite collaboration avec la GRC, les organismes provinciaux d’application de la loi et les services paramédicaux. Ce partenariat visait à déployer des drones pouvant parcourir de longues distances au moyen d’un réseau sans-fil et fournir des renseignements en temps réel, en plus de livrer des fournitures dans les régions éloignées où il est difficile pour les gens de naviguer en toute sécurité. Ce soutien en temps réel et cette fonctionnalité peuvent s’avérer inestimables en cas de désastres naturels comme des feux de forêt et des inondations.

Aux États-Unis, les chercheurs utilisent les données 4G et 5G pour estimer le niveau d’humidité dans l’air. La collecte de données au moyen de signaux cellulaires surmonte les limites des technologies de prévision typiques comme les satellites ou les stations météorologiques. 

Les phénomènes météorologiques violents et les catastrophes naturelles continueront de nuire aux communautés partout au Canada. De concert avec des partenaires du gouvernement, de l’industrie et des communautés, Rogers travaille à étendre et à améliorer la connectivité pour les communautés rurales, éloignées et autochtones. Cette expansion donnera lieu à des solutions qui nous aideront à mieux prévoir et gérer les répercussions de ces événements et à mieux nous y préparer.

En sortant de la pandémie, nous espérons faire les choses de manière plus efficace et rapide. La gestion des urgences figure en tête de liste des domaines que nous espérons améliorer.

Jennifer Campeau, directrice, Collaboration avec les Autochtones et Charit Katoch, directeur, Politique publique


¹ Rapports du CRTC sur le marché des communications, tableau 3 Disponibilité des services Internet offrant des vitesses de 50/10 Mbps un transfert de données illimité, par taille de la population et par province/territoire (% des ménages), 2018-2019