Skip to main content

Foire aux questions au sujet de l’entente conclue entre Rogers et Shaw

Rogers et Shaw ont récemment annoncé qu’elles s’étaient entendues pour former une seule entreprise qui investira 6,5 milliards de dollars dans l’Ouest canadien. Cette transaction créera de nouveaux emplois et des investissements dans la région visant à accroître la connectivité dans les zones rurales et éloignées, et contribuera à l’économie canadienne en accélérant le déploiement de la 5G. Cette alliance s’appuie sur l’héritage solide de deux entreprises familiales canadiennes qui ont une histoire commune d’innovation, d’engagement envers le service à la clientèle et d’investissement communautaire.

Le projet d’entente entre Rogers et Shaw a suscité beaucoup d’intérêt.  Voici nos réponses aux questions qui reviennent le plus souvent au sujet de l’entente.

Quelle incidence cette entente aura-t-elle sur les investissements que font les entreprises de télécommunications canadiennes pour entretenir et élargir nos réseaux?

Les fournisseurs canadiens de services de télécommunications investissent plus dans le réseau, par habitant, que tout autre pays du G7, à savoir 181 % de plus par abonné sans-fil. Bien que le Canada soit un pays vaste et caractérisé par une faible densité de population, nous sommes fiers de dire que notre réseau figure au palmarès des meilleurs réseaux au monde. Nous nous réjouissons de cette nouvelle entente avec Shaw, qui permettra d’accroître l’investissement global de Rogers dans le réseau alors que nous prévoyons investir 6,5 milliards de dollars supplémentaires pour moderniser et bâtir l’infrastructure dans l’Ouest canadien.

N’est-il pas vrai que les prix d’Internet au Canada sont parmi les plus élevés au monde? Cette entente ne risque-t-elle pas d’aggraver la situation? 

Pas du tout. Dans le cadre de notre alliance avec Shaw, nous voulons offrir notre programme Branché sur le succès dans l’Ouest canadien. Ce programme, le premier en son genre au Canada, offre un accès Internet haute vitesse à faible coût aux Canadiens et Canadiennes qui reçoivent une aide au revenu. À l’heure actuelle, ce programme est offert à plus de 750 000 foyers en Ontario, au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve.

Tout le monde devrait bénéficier de services Internet abordables et de haute qualité. Malheureusement, deux millions de foyers sont toujours mal desservis au Canada. Il est essentiel de pallier les lacunes en matière de connectivité afin que personne ne soit laissé pour compte. Notre alliance avec Shaw nous aidera à combler ces lacunes.

Bien qu’il reste encore beaucoup à faire pour connecter tous les Canadiens et Canadiennes, une étude mondiale portant sur l’abordabilité, la disponibilité et la pertinence d’Internet ainsi que sur l’état de préparation à Internet classe le Canada au 7e rang sur 100 pays. De plus, le Canada se classe au troisième rang en ce qui concerne l’abordabilité d’Internet et des services sans-fil plus particulièrement. Vous pouvez consulter le rapport de l’Economist Intelligent Unit (en anglais) ici. De même, PwC, un cabinet comptable transnational, a récemment attribué au Canada le premier rang au sein du G7 pour la prestation de services sans-fil abordables.

Malheureusement, il arrive trop souvent qu’on ne tienne pas compte de ces études. On accorde plutôt davantage d’attention aux études unidimensionnelles et trompeuses qui dressent un portrait inexact des prix des télécommunications et de leur abordabilité au Canada. Vous pouvez cliquer ici pour connaître les faits.

Cette entente entraînera-t-elle une hausse des prix des services sans-fil au Canada?

Nous nous sommes engagés à maintenir les prix pour les clients de Freedom au cours des trois prochaines années, et nous sommes fiers de dire qu’au cours des cinq dernières années, le client moyen de Rogers a vu le coût des données mobiles diminuer de 50 %.  En fait, selon les données de Statistique Canada, les prix des services sans-fil au Canada ont diminué de 25 % depuis 2016 et de plus de 15 % au cours de la dernière année.  De plus, le rapport trimestriel sur le secteur des télécommunications du gouvernement indique que les prix ont baissé de 10 % à 18 %, selon le forfait, depuis janvier 2020.

Nous sommes déterminés à offrir un service rapide, fiable et abordable à nos clients et sommes convaincus que l’élargissement du déploiement du réseau 5G continuera de faire diminuer les coûts pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes d’un océan à l’autre.  

J’ai lu que l’annonce de Rogers et de Shaw se traduira par une diminution de la concurrence dans le secteur des télécommunications au Canada. Est-ce vrai?

L’entente entre Rogers et Shaw aura une incidence positive sur la compétitivité économique globale de la région et les Canadiens et Canadiennes continueront d’avoir à leur disposition un éventail d’options pour répondre à leurs besoins.

Shaw offre des services de télévision et Internet principalement dans l’Ouest et Rogers, dans l’Est : il n’y a donc pas de chevauchement. Cette distinction est importante, car une partie importante de cette transaction concerne les actifs de télévision et Internet de Shaw. L’an dernier seulement, 4,2 millions de Canadiens et Canadiennes ont choisi de changer d’opérateur sans-fil. Et 88 % d’entre eux ont trouvé le prix, l’entente et la couverture réseau qui leur convenaient le mieux en optant pour l’un des trois opérateurs nationaux. C’est le signe d’un environnement concurrentiel qui offre aux consommateurs une saine possibilité de choix. 

Le réseau national de fibre optique de la société issue du regroupement viendrait concurrencer, pour la première fois, Bell et Telus dans le segment canadien des grandes entreprises et des clients gouvernementaux. L’accélération du déploiement de la 5G dans les provinces de l’Ouest contribuera également à améliorer la compétitivité économique globale de la région et favorisera la diversification économique des entreprises.

Cette entente aura-t-elle un effet négatif sur les Canadiens et Canadiennes de l’Ouest, surtout dans les régions rurales?

Non, en fait, c’est tout le contraire! À l’heure actuelle, environ 10 % des foyers au Canada n’ont pas accès à Internet et, fait renversant, 45 % des résidents des régions rurales n’ont pas accès à la norme de connectivité minimale. Ce problème touche 33 % des résidents de l’Alberta, 24 % de ceux de la Saskatchewan et 14 % de ceux du Manitoba. Malheureusement, près de 600 000 foyers de l’Ouest canadien n’ont toujours pas accès aux vitesses Internet minimales recommandées par le gouvernement fédéral.   

Pour combler ce fossé numérique, Rogers s’engage dans le cadre de cette entente à consacrer 1 milliard de dollars à la création d’un nouveau fonds de Rogers pour la connectivité en milieu rural et autochtone qui contribuera à offrir pour la première fois des services Internet sans-fil à large bande et fixes de qualité élevée à un plus grand nombre de communautés rurales et autochtones.

Cette entente entraînera-t-elle des pertes d’emplois en Alberta et la disparition d’un autre siège social dans l’Ouest?

Un élément crucial de cette entente est la croissance et l’injection de nouveaux fonds dans l’Ouest canadien, y compris la création de 3 000 nouveaux emplois dans la région, dont 60 % en Alberta.  De plus, nous nous engageons à garder un siège social à Calgary pour nos activités dans l’Ouest et à maintenir en poste de solides équipes locales qui serviront les clients dans leurs communautés.  Nous embaucherons des employés locaux à mesure que nous élargirons notre service, ce qui est essentiel pour répondre aux besoins de la région.

Le président des Opérations de la région de l’Ouest travaillera au bureau de Calgary, tout comme d’autres hauts dirigeants. La société issue du regroupement comptera 10 000 employés dans la région et demeurera l’un des plus importants employeurs du secteur privé dans l’Ouest canadien.

Ne verra-t-on pas un ralentissement des investissements puisque Shaw dépense plus que Rogers pour les services sans-fil?

Nous sommes fiers de dire qu’au cours des 60 dernières années, Rogers a investi des dizaines de milliards de dollars dans son réseau sans-fil à l’échelle du pays et qu’elle réinvestit chaque année 80 % de ses profits au Canada. Entre 2018 et 2020 seulement, nous avons investi près de 8 milliards de dollars dans l’infrastructure, soit plus du double des 3,68 milliards de dollars dépensés par Shaw.  L’investissement pluriannuel de plusieurs milliards de dollars de Rogers dans le réseau 5G est en cours et est essentiel à l’économie numérique et à la compétitivité mondiale du Canada.