Pleins feux sur la journaliste Lasia Kretzel et ce qui l’a inspirée à amasser des fonds pour la santé mentale

Retourner à nouvelles

Lasia Kretzel

Lasia Kretzel est reportrice à News 1130, à Vancouver, en Colombie-Britannique, depuis deux ans et demi. Elle a récemment utilisé sa plateforme pour recueillir des fonds au nom de Coast Mental Health, un organisme de Vancouver qui aide les gens aux prises avec des maladies mentales. Pour mieux faire connaître sa campagne caritative, Lasia s’est fait raser la tête à l’émission Breakfast Television de Vancouver. Aujourd’hui, elle nous confie d’où lui vient son dévouement à la cause de la santé mentale.

Vous avez laissé pousser vos cheveux pendant les huit dernières années. Qu’est-ce qui vous a motivé à les couper pour amasser des fonds?

J’ai commencé à laisser pousser mes cheveux parce que j’étais curieuse de voir quelle longueur ils pouvaient atteindre. Avant ma naissance, ma mère avait de longs cheveux blonds, jusqu’en dessous des genoux, et j’étais curieuse de voir si je pouvais faire la même chose. Elle est décédée il y a cinq ans (le 4 octobre) après une longue bataille contre l’alcoolisme chronique. J’ai continué à laisser pousser mes cheveux, toujours un peu par curiosité, et dès lors aussi en sa mémoire. J’ai toujours su que j’allais faire couper mes cheveux et en faire don, mais ce n’est qu’après le décès de ma mère que j’ai décidé d’en profiter pour recueillir des fonds et sensibiliser les gens à des enjeux qui me touchent désormais de très près : la santé mentale et les dépendances.

Vous avez amassé 5 175 $ jusqu’à présent pour Coast Mental Health. Pourquoi cet organisme est-il spécial pour vous?

Nous avons dépassé l’objectif initial de 1 000 $ dans les deux premières heures de la collecte de fonds, ce qui est incroyable. Je connaissais l’existence de Coast Mental Health en raison de la participation de NEWS 1130 aux prix Courage to Come Back Awards. J’ai une grande admiration pour le travail que fait Coast Mental Health pour ceux qui cherchent de l’aide en matière de santé mentale et de dépendances. Étant donné mon lien personnel avec la question, ça m’a semblé un bon choix. Il n’est pas facile pour quiconque de vaincre une dépendance ou de trouver des solutions à une maladie mentale, et des organismes comme CMH peuvent réellement changer la vie des gens.

Durant tout le mois de novembre, le mois de la Générosité partagée, Rogers fait un don de contrepartie chaque fois qu’un employé fait un don à l’organisme caritatif de son choix. Pensez-vous que cette initiative peut changer les choses dans nos communautés?

Bien que Coast Mental Health exerce ses activités à l’échelle locale, dans la région du Lower Mainland, les problèmes de santé mentale et les dépendances ont des répercussions sur les Canadiens partout au pays. Qu’il s’agisse de soutenir financièrement ceux qui ont besoin d’aide en matière de santé mentale et de dépendances, ou simplement de lancer une discussion ouverte pour combattre la stigmatisation et l’isolement, je pense qu’une initiative comme le mois de la Générosité partagée peut certainement aider à améliorer la situation de chaque collectivité.

Que voulez-vous que les gens retiennent de votre histoire?

Vous n’êtes pas seul! Que vous cherchiez de l’aide pour votre propre santé mentale et vos dépendances, ou que vous soyez touché par les difficultés d’un être cher, vous n’êtes pas seul, et il y a des gens qui se soucient de vous et qui veulent vous aider. Il m’a fallu beaucoup de temps pour parler ouvertement de ce qui est arrivé à ma mère et à ma famille, mais une fois que j’ai commencé à parler, j’ai senti un immense soutien, non seulement de la part de professionnels, mais aussi de ceux qui avaient vécu des expériences semblables aux miennes. Cette communauté peut faire beaucoup pour vous aider dans votre cheminement et briser les stéréotypes entourant les personnes directement et indirectement touchées par la maladie mentale et les dépendances. Il ne faut pas des millions de dollars pour commencer à parler de santé mentale et de dépendances. Tout ce qu’il faut, c’est le courage de s’exprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Fréquence d’envoi des courriels